• 7ème et dernière partie de "l'ami" Guy

        Guy n.bl..   

    7emeépisode Guy BOURGUIGNON :       

     


      Effectivement, Guy ne sera pas remplacé au sein des Compagnons de la Chanson ! Au début de l’année 1970, ceux-ci se retrouveront même à huit sans pouvoir continuer à s’appuyer sur ce qui faisait leur force. Cette organisation d’un 3 X 3 bâtie autour de trois basses, trois barytons et trois ténors qui, au plan décisionnel, avait la faculté de toujours pouvoir réunir une majorité d’au moins cinq voix sur neuf. Sa disparition aura même d’autres conséquences, privant également le groupe d’une voix de basse et l’équipe d’un régisseur et metteur en scène de poids.

     

    Il faudra effectivement quelques mois à l’ensemble pour surmonter cette disparition et repenser à une redistribution des rôles. En premier lieu lors des séances d’enregistrement durant lesquelles s’exerçait tout le talent de Guy. On verra alors se mettre en place, progressivement, une nouvelle hiérarchisation des attitudes et des comportements qui n’auront plus qu’une lointaine ressemblance avec l’organisation très cum panis des débuts, et un esprit auquel, on l’a vu, le Périgourdin était très attaché. Au 3 X 3 suivra un 4 X 2 : ceux de devant s’opposant souvent à ceux de derrière !

     

      Ce n’est un secret pour personne de ceux qui l’ont connu, Guy Bourguignon, par ailleurs excellent musicien, était un phare, un idéaliste qui s’impliquait énormément dans ce qu’il faisait. Comme peuvent en témoigner ses nombreuses réalisations cinématographiques, car si cet homme passionné n’avait pas été Compagnon de la Chanson, il aurait à coup sûr été cinéaste. Son reportage : « Quarante mille kilomètres avec les Compagnons de la Chanson » diffusé dans le cadre d’un Cinq Colonnes à la Une de Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet, Pierre Lazareff et Igor Barrère et commenté par la comédienne Françoise Dorin en est une autre preuve manifeste.

     

    Indiscutablement, Guy restera pour la postérité, l’une des figures les plus attachantes des Compagnons de la Chanson. L’un de ceux, aussi, à propos duquel, on ne savait que peu de choses. Car l’homme était volontiers secret et peu enclin à se livrer et à se mettre en avant, à parler de lui.

     

    En avril 2011, le quotidien régional Sud-Ouest, par la plume de son chroniqueur Alain Bernard, consacrait un article à ce Compagnon de la Chanson périgourdin disparufinalement très peu connu et que beaucoup aujourd’hui confondent encore avec l’autre Périgordin de l’équipe : Jean Albert dit Le P’tit Rouquin qui avait acquis à un moment donné une maison pour ses parents du côté de Négrondes, une demeure à laquelle il avait donné le nom des Trois cloches ! De ses unions successives, Guy laisse trois enfants : Jean-Michel, Alain et Jacques. Jacques dont se souvient parfaitement l’acteur Roland Giraud. Les deux jeunes gens avaient eu l’occasion de fréquenter le même lycée et le comédien se rappelle encore de ses visites dans la maison des Bourguignon en Périgord ainsi que des tournées des Compagnons de la Chanson. Lorsque Guy venait chercher son fils à l’école, il ne passait d’ailleurs pas inaperçu.

     

    Jean-Michel qui vit à Coulaures, en Dordogne, dans la maison familiale assistait dernièrement à Périgueux, à la présentation d’une biographie publiée récemment chez Decal’Age Productions Editions. Il se souvient encore avoir suivi quelques jours certaines des tournées des Compagnons avec son père et on imagine sans peine ce que tout cela pouvait représenter pour un adolescent. Il se souvient également des autres aspects d’un père qui savait apprécier aussi les parties de pétanque et de pêche ou de belotte qu’il aimait pratiquer pour se ressourcer du côté de Mayac en Dordogne. Un endroit où ses nombreux échanges avec ses voisins en faisaient une personnalité fort appréciée. Comme à Ville d’Avray quand il faisait ses courses, son panier à la main, il avait toujours un mot gentil pour tout le monde et les commerçants l’adoraient.

     

    Merci à Louis Périac (Décal'Age productions) pour cette biographie de Guy Bourguignon.

    « Fred Mella et Les huit CompagnonsUn bien beau récit... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :